Les récents incidents de racisme anti-noir ont rouvert une blessure que tente de guérir, chaque jour depuis des siècles, la communauté noire. C’est le cœur lourd que nous écrivons cette déclaration aux milliers d’étudiantes et d’étudiants noirs de l’île de la Tortue. La souffrance et la douleur que nous revivons en tant que communauté nous rappellent que nous sommes loin du progrès. Le mépris de la vie et des problèmes des Noirs est le résultat d’une suprématie blanche et d’un racisme anti-noir profondément enracinés, systémiques et institutionnalisés.

Nous prononçons leur nom pas seulement pour exprimer nos condoléances à leur famille et à leurs amis, mais aussi pour nous rappeler qu’il ne s’agit pas de décès isolés ou accidentels. Ces noms appartiennent à quelques-unes des nombreuses victimes de la brutalité policière. Ils servent à rappeler que l’institution du maintien de l’ordre est ancrée dans la violence, dans le racisme et dans le colonialisme. Le maintien de l’ordre a été institué pour opprimer et contrôler les populations autochtones sur leur propre territoire que nous appelons le « Canada » et pour servir de moyen de patrouiller les populations réduites à l’esclavage aux É.-U.

Après l’éruption de manifestations de masse, les médias ont été hyperconcentrés sur le pillage. Une manifestation n’a pas pour but de propager le statu quo, mais de l’anéantir. La violence et le pillage sont des éléments fondamentaux de notre identité nationale. Les populations noires et autochtones ont été victimes de cette violence et ont ressenti le poids du colonialisme et de la brutalité policière. Le moment est venu de reconnaître le besoin essentiel de solidarité entre Noirs et Autochtones.

Notre communauté fait constamment l’objet d’un racisme caché et manifeste. Le racisme anti-noir est un problème collectif qui touche les communautés noires du monde entier.

Audre Lorde a déjà dit : « Quand j’ose être puissante et utiliser ma force au service de ma vision, cela devient de moins en moins important si j’ai peur. » (citation du site Garance)

À nos frères et sœurs noirs, proches et lointains : Vous n’êtes jamais seuls. Vous êtes la puissance implacable et sans reproche qui transformera notre avenir. Vous êtes le changement infini. Vous portez le flambeau de la liberté brandi par nos ancêtres. Lorsque l’un de nous souffre, nous souffrons tous. Partagez votre colère et votre chagrin avec le reste de vos pairs noirs.

Si les voix, les corps et la force d’esprit noirs s’allient et s’unissent, les structures coloniales, racistes et oppressives de notre société s’écrouleront. Et par la suite, les personnes noires trouveront la liberté.

Les aînées et aînés de notre communauté noire ont porté le flambeau pour les jeunes noirs. Maintenant, c’est à notre tour de faire la course. Les jeunes du monde entier doivent descendre dans les rues et utiliser les médias sociaux dans un lien indivisible de libération des Noirs et d’unité avec eux.

Nous n’avons pas peur. Notre force, nos espoirs et notre vision révolutionnaire pour une nouvelle réalité résident en chacun de nous.

Nous exhortons tous les établissements d’enseignement supérieur et toutes les associations étudiantes du Canada à agir dans une optique globale, importante et durable :

  1. Condamnez ces injustices pour ce qu’elles sont – un racisme anti-Noir systémique et ciblé – et, dans la mesure du possible, publiez les déclarations de votre organisation.
  2. Demandez aux établissements d’enseignement postsecondaire de mettre en œuvre une collecte de données fondée sur la race afin de suivre les interactions entre la sécurité et les étudiantes et étudiants, de fournir de meilleurs services aux étudiantes et étudiants BIPOC, etc.
  3. Faites circuler du matériel pédagogique antiraciste afin que vos étudiantes et étudiants non noirs puissent se renseigner (prenez contact avec blackcaucus@cfs-fcee.ca pour obtenir notre trousse antiraciste).
  4. Soutenez votre communauté d’étudiantes et d’étudiants noirs pendant cette période, et en tout temps, par des actions concrètes, telles que
    • l’offre d’information sur la consultation psychologique et sur les services de santé mentale, et faites le point avec vos étudiantes et étudiants noirs;
    • la participation et le soutien au travail de vos groupes d’étudiantes et d’étudiants ou sociétés culturelles noirs sur le campus;
    • le soutien et la création d’espaces pour l’organisation et pour la communauté étudiante noire;
    • le soutien de vos créatrices, créateurs, entrepreneures, entrepreneurs, artistes noirs, etc.; et
    • des dons aux groupes communautaires d’action locale noirs afin de faire progresser le travail antiraciste, tant sur le campus que hors campus.
  5. Faites un don aux fonds de sauvetage, de défense juridique et de commémoration. Pour une liste complète des ressources, voir https://cutt.ly/CyZloPh.
  6. Créez des soutiens durables à long terme pour les étudiantes et étudiants noirs sur vos campus (par exemple, des bourses pour soutenir l’éducation des Noirs et les entrepreneures et entrepreneurs étudiants noirs, des espaces sûrs, etc.)

En solidarité,
Le Caucus national des étudiantes et étudiants noirs

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à contacter:

Jeremiah Bowers

Prèsident

Blackcaucus@cfs-fcee.ca

Kien Saningong Azinwi

Représentante exécutif national

Blackstudentsrep@cfs-fcee.ca

Le Caucus national des étudiantes et étudiants noirs (Black Students’ Caucus) de la Fédération canadienne des étudiantes et étudiants est un mouvement national de la vie représentant les milliers d’étudiantes et d’étudiants noirs de niveau postsecondaire de toutes les régions du Canada. Tenus en relation par les leaders étudiants noirs de toutes les régions du pays, nous plaidons pour la défense et pour la promotion des intérêts de tous les étudiants et étudiantes noirs à l’échelle provinciale et nationale. Nous sommes guidés par l’objectif de l’unité et de la libération des Noirs.