Depuis le samedi 23 octobre, le gouvernement fédéral a mis fin à la Prestation canadienne de la relance économique (PCRE), à la Subvention salariale d’urgence du Canada (SSUC), et à la Subvention d’urgence du Canada pour le loyer (SUCL). La PCRE remplaçait la Prestation canadienne d’urgence (PCU), qui fournissait aux Canadiennes et Canadiens admissibles 2 000 $ par mois au début de la pandémie actuelle de COVID-19.

La Prestation canadienne pour les travailleurs en cas de confinement ne replace la PCRE que pour les personnes qui sont directement touchées par les confinements imposés par le gouvernement, y compris celles qui ne sont pas admissibles à l’assurance-emploi. La prestation fournira 300 $ par semaine, et sera offerte jusqu’en mai 2022.

Les étudiantes et étudiants de niveau postsecondaire et les diplômées et diplômés de toutes les régions du Canada continuent de faire face au fardeau de la pandémie parce qu’ils sont oubliés des programmes de secours d’urgence. La Prestation canadienne d’urgence pour les étudiants (PCUE), qui a été en vigueur de mai à septembre 2020, a exclu les étudiantes et étudiants internationaux et les nouveaux diplômés et diplômées, mais a fourni aux étudiantes et étudiants 1 250 $/mois ou 2 000 $/mois pour ceux en situation de handicap ou ayant des personnes à charge.

La Fédération canadienne des étudiantes et étudiants a demandé au gouvernement fédéral de rétablir la Prestation canadienne d’urgence pour les étudiants (PCUE). Nous avons également demandé au gouvernement fédéral d’élargir la PCUE aux étudiantes, étudiants internationaux ainsi qu’aux nouveaux diplômés et diplômées.

Les étudiantes et étudiants ont été touchés de façon disproportionnée par la pandémie, avec des pertes d’emploi record, une augmentation du nombre d’étudiantes et d’étudiants qui se lance dans le travail précaire, ainsi qu’avec l’augmentation du coût de la vie et des frais de scolarité. Comme une grande partie des étudiantes et étudiants vit dans la pauvreté, ceux-ci ont de la difficulté à accéder à l’éducation virtuelle en raison des coûts élevés d’Internet et de l’accès limité ou inexistant à large bande, en particulier dans les collectivités rurales et du Nord éloignées. Cette pandémie a particulièrement aggravé les conditions des étudiantes et étudiants internationaux, qui font face à des changements dans les conditions de voyage et à des problèmes liés aux différents fuseaux horaires et aux connexions Internet. La pandémie a également aggravé les défis que doivent surmonter les étudiantes et étudiants en situation de handicap et aidants, nombre d’entre eux ayant dû sacrifier des possibilités et une éducation accessible pour parvenir à survivre à cette pandémie.

Les étudiantes et étudiants méritent que des mesures de soutien soient mises en œuvre pour combattre les effets disproportionnés de la pandémie et la FCEE exhorte le gouvernement fédéral à mettre en œuvre ces changements par une action rapide et décisive.