OTTAWA – Les étudiantes et étudiants accueillent avec enthousiasme la poursuite de l’aide durant la pandémie dans le budget 2021, comme le doublement des bourses du Programme canadien de bourses aux étudiants, le moratoire sur les taux d’intérêt pour les prêts étudiants, ainsi qu’une augmentation des fonds destinés aux apprenantes et apprenants des Premières Nations, métis et inuits, et une réduction des coûts pour les services de garde d’enfants. Des inquiétudes subsistent quant à l’absence d’investissements directs et d’une vision à long terme pour l’enseignement postsecondaire, alors que les frais de scolarité, l’endettement étudiant et le taux de chômage chez les jeunes atteignent des sommets. 

« Les étudiantes et étudiants sont las des promesses rompues, a déclaré Nicole Brayiannis, le budget 2021 révèle qu’il reste au-delà de deux milliards de dollars à dépenser de la somme affectée à l’aide financière aux étudiantes et étudiants il y a plus d’un an. Nous avons besoin que le gouvernement respecte ses engagements à soutenir les étudiantes et étudiants en écoutant leurs appels à élargir l’aide financière, à réintroduire les moratoires, à alléger l’endettement étudiant, et à investir dans nous, les étudiantes et étudiants, en tant qu’avenir de ce pays. » 

The budget comprend :

  • L’exemption de l’intérêt sur les paiements des prêts étudiants jusqu’en mars 2023, pour un coût total de 392,7 millions de dollars
  • L’augmentation de l’aide au remboursement de 25 000 $ à 40 000 $ 
  • L’octroi d’une aide au paiement des remboursements à 350 000 emprunteuses et emprunteurs
  • Le doublement des bourses du Programme canadien de bourses aux étudiants jusqu’en 2023
  • L’investissement de 371,8 millions de dollars en nouveaux fonds pour le Programme Emplois d’été Canada (EEC) afin de soutenir 75 000 nouveaux emplois en 2022-2023
  • L’investissement de 239,8 millions de dollars dans le Programme de stages pratiques pour étudiants (PSPE)
  • L’offre de possibilités à 50 000 jeunes en 2021-2022

Malgré de nombreux investissements accueillis avec enthousiasme, alors que le Canada entre dans une troisième vague, les possibilités de travail d’été constituent une grave préoccupation pour les étudiantes et étudiants et les nouveaux diplômés et diplômées. Après plus d’un an de difficultés financières exacerbées, les étudiantes et étudiants ont besoin que le gouvernement investisse immédiatement dans leur bien-être. 

« Entre autres recommandations, les étudiantes et étudiants ont demandé à ce gouvernement d’investir dans l’élimination des taux d’intérêt des prêts étudiants, dans les apprenantes et apprenants autochtones et dans l’accessibilité des services de garde d’enfants », a déclaré Nicole Brayiannis, vice-présidente nationale de la Fédération canadienne des étudiantes et étudiants. Même si une grande partie de ce qui est proposé dans le budget 2021 est loin de suffire, il ne fait aucun doute que le dur labeur des étudiantes et étudiants a porté ses fruits. »

En février 2021, la Fédération a tenu une semaine de pression fédérale afin de revendiquer des mesures de soutien supplémentaires pour les étudiantes et étudiants, lesquelles comprenaient l’élaboration d’une vision nationale pour le système d’éducation postsecondaire du Canada et l’allégement du fardeau de l’endettement étudiant.

La Fédération canadienne des étudiantes et étudiants est l’organisation étudiante nationale la plus ancienne et la plus importante au Canada, représentant plus de 500 000 étudiantes et étudiants de tous les cycles dans des collèges et universités de toutes les régions du pays.