mars 9, 2017

Notre budget alternatif pour l’éducation postsecondaire

Le Centre canadien de politiques alternatives (CCPA) a publié son Budget fédéral alternatif ce matin. Cette année, la publication est intitulée « Les enjeux sont élevés, les choix sont clairs ». Le budget fédéral alternatif démontre ce qu’on pourrait accomplir si le gouvernement s’engageait réellement envers la justice économique, sociale et environnementale afin de refléter les valeurs de la plus grande majorité des Canadiennes et Canadiens – et non les intérêts d’une minorité de privilégiés. La Fédération canadienne des étudiantes et étudiants est fière d’avoir élaboré le chapitre sur l’éducation postsecondaire.

Les enjeux sont élevés :

  • Les études postsecondaires de quelque sorte constituent une exigence pour 70% des offres d’emploi; pour les personnes occupant un emploi précaire, rivalisant pour le 30% des emplois restants, les études postsecondaires proposent la possibilité d’un meilleur avenir
  • Les frais de scolarité que perçoivent les collèges et les universités ont triplé depuis 1996
  • Le Programme canadien de prêts aux étudiants (PCPE) a amassé 580 millions de dollars en intérêt sur les prêts étudiants en une seule année.
  • 10,000 étudiantes et étudiants autochtones sont en attente de financement du PAENP, ce qui est un droit issu de traités
  • Le Canada affecte moins de fonds à la formation professionnelle et aux mesures actives du marché du travail que la plupart des pays industrialisés
  • Un tiers de l’enseignement aux étudiantes et étudiants de premier cycle est fait par des instructrices et instructeurs contractuels, dont un grand nombre survivent sur des salaires de subsistance
  • Seuls 13 pour cent des étudiantes et étudiants au doctorat qui ont fait une demande auprès du CRSH ont reçu du financement

Mais les choix sont clairs :

  • Éliminer le crédit d’impôt fédéral pour frais de scolarité, la subvention canadienne pour l’emploi, le crédit d’impôt du REEE et le crédit d’impôt pour intérêts sur les prêts aux étudiants, et réduire le crédit d’impôt sur la recherche scientifique et le développement expérimental, afin d’aider à financer un nouveau transfert de renouvellement des études postsecondaires

Le TR-EPS permettra au gouvernement d’apporter les améliorations suivantes à l’abordabilité et à l’accessibilité des études postsecondaires :

  • Financer complètement toutes les universités et tous les collèges publics
  • Éliminer les frais de scolarité pour toutes les étudiantes et tous les étudiants dans tous les programmes
  • Investir dans les programmes d’apprentissage et les métiers spécialisés pour permettre d’améliorer l’information sur le marché du travail, créer un forum fédéral des partenaires du marché du travail, aider les Canadiennes et Canadiens sans emploi qui ne sont pas admissibles à l’assurance-emploi avec l’accès à des programmes de formation, renforcer la formation en apprentissage syndicale, et harmoniser les exigences de certification et de formation en apprentissage provinciales-territoriales
  • Établir des ratios obligatoires pour les apprentis pour tous les projets d’infrastructure et les contrats d’entretien fédéraux
  • Éliminer les intérêts perçus sur les prêts étudiants
  • Élargir le programme d’aide au remboursement pour rembourser le principal d’un prêt étudiant cinq ans après l’obtention du diplôme
  • Rétablir les niveaux de financement des trois conseils subventionnaires à ceux de 2007-2008
  • Financer 1 250 étudiantes et étudiants supplémentaires par l’entremise des bourses d’études supérieures du Canada

Les budgets sont une question de choix. Ce fait est clair dans le budget fédéral alternatif, qui est représentatif de la société que nous voulons créer. Nous espérons que le budget fédéral de 2017 reflètera aussi ces choix et, le cas échéant, nous serons prêts à lutter pour obtenir l’accès à l’éducation pour toutes et tous.

Lisez le budget fédéral alternatif au complet ici : www.policyalternatives.ca/bfa2017