mars 18, 2016

RISE, c’est maintenant

Ce week-end, plus de 200 étudiantes et étudiants racialisés et autochtones convergent sur Scarborough, en Ontario – sur le territoire traditionnel de la Première nation des Mississauga de New Credit – pour participer à l’historique Sommet sur l’expérience des étudiantes et étudiants racialisés et autochtones (RISE) de la Fédération canadienne des étudiantes et étudiants.

RISE-FB Cover-Bil

Au cours des deux dernières années, des militantes et militants étudiants ont réussi à maintenir l’enjeu de la lutte au racisme et au colonialisme dans les campus bien présent auprès du public et à pousser les collèges et les universités à prendre de véritables actions pour corriger les iniquités historiques et enrayer la violence structurale dont sont victimes les groupes les plus marginalisés de notre société. Cependant, malgré nos victoires collectives, il reste beaucoup à faire pour nous assurer que nos campus seront des lieux sûrs et des espaces de soutien pour l’ensemble des étudiantes et étudiants. Pendant le Sommet, nous apprendrons de nos victoires et difficultés respectives, élaborerons des stratégies croisées et fondamentales pour lutter contre le racisme et le colonialisme dans nos campus et mettrons l’accent sur la guérison.

C’est avec fierté que nous avons organisé les tables rondes et ateliers suivants ainsi que des séances d’organisation ouvertes qui permettront aux participantes et participants au Sommet de discuter sur des sujets liés à leur propre expérience.

 

Tables rondes et ateliers :

  • Plus forts ensemble : solidarité entre les communautés autochtones et racialisées
  • Prendre charge de soi : un acte de résistance
  • Pas votre stéréotype
  • Construire des tables auxquelles nous ne serons jamais invités à prendre place : militer pour les Noirs dans un monde qui est contre les Noirs
  • Comprendre les identités autochtones : apprentissages bi-spirituels
  • Parlons de couleurs et d’ombrages
  • Alliances avec des communautés racialisées
  • Notre propre décolonisation
  • Confronter le racisme environnemental
  • Veiller à sa santé mentale, protéger son mieux-être
  • Déplacement et colonisation
  • La performativité afrofuturiste et le mouvement « La vie des Noirs compte »
  • La guérison d’une perspective autochtone
  • Fétichisation des femmes racialisées et autochtones
  • Bi-racisme : en marche entre deux mondes
  • Islamophobie
  • Survivre à la violence

Plusieurs de nos animatrices et animateurs sont des étudiantes et étudiants, des survivantes et survivants ou encore des organisatrices ou organisateurs communautaires qui mènent la lutte dans leur propre campus. Aussi, nous sommes très heureux d’y accueillir Harsh Wallia, Clayton-Thomas Muller, Tasha Spillett, Lynn Jones ainsi que l’aînée Annie Smith St-Georges et l’aîné André-Robert St-Georges.

 

Par l’élaboration de notre vision nationale pour la décolonisation de nos campus, les participantes et participants établiront ensemble un programme d’éradication du racisme et du colonialisme dans nos écoles et nos communautés. Nous exigerons de nos administrations des campus qui sont inclusifs, accueillants et sécuritaires pour toutes celles et tous ceux qui les fréquentent. Nous exigerons de nos gouvernements une société dans laquelle nos communautés peuvent vivre, prospérer et être célébrées.