juin 5, 2017

70e Assemblée générale semestrielle nationale : Première journée

Des représentantes et représentants de partout au Canada se sont rassemblés à Ottawa cette semaine pour développer des plans de campagnes et de services en vue de l’année prochaine. De plus, ils et elles discuteront et débattront des enjeux et des motions de politique qui ont été formulés par les sections locales membres. L’assemblée a débuté avec l’entrée solennelle du Cercle des étudiantes et étudiants des Premières nations, métis et inuits. L’aînée Annie St. Georges a souhaité la bienvenue aux déléguées et délégués et les a accueillis sur le territoire algonquin non cédé ni abandonné. Elle a aussi donné la bénédiction pour que le travail soit éclairant et agréable pendant l’assemblée et a rappelé aux déléguées et délégués que beaucoup de Canadiennes et Canadiens vont fêter le 150e anniversaire de la Confédération, mais que pour les peuples autochtones du Canada, la fête du 150e représente la perte de leur terre, de leur langue et de leur culture.

Nous avions de quoi célébrer en cette première journée après une année remplie de victoires pour le mouvement étudiant. L’Exécutif national a présenté son rapport et a mis à jour les déléguées et délégués sur le travail qui a été effectué au cours de la dernière année. Grâce à la mobilisation étudiante, la création de coalitions fortes et le dévouement des étudiantes et étudiants de partout au pays, nous avons mobilisé notre mouvement étudiant pour une Journée d’action nationale pour la première fois en presque cinq ans. Le 2 novembre, des milliers d’étudiantes et étudiants qui luttent pour la gratuité scolaire au Canada ont agi sur 58 campus, dans 36 villes, dans chaque province lors de notre Journée d’action nationale pour revendiquer l’accès universel à l’éducation postsecondaire, avec l’appui de plus de 90 syndicats et organisations de société civile et communautaires. Notre mouvement étudiant a aussi travaillé sans relâche pour responsabiliser le gouvernement libéral quant aux promesses qu’il a faites envers les étudiantes et étudiants durant la dernière élection fédérale. L’annonce de nouveaux investissements dans le Programme d’aide aux étudiants de niveau postsecondaire lors du budget de 2017 pour soutenir les apprenantes et apprenants autochtones démontre que nous avons le pouvoir d’influencer les décisions prises par les politiciennes et politiciens et que nous sommes des agentes et agents du changement social.

Les déléguées et délégués ont eu l’honneur d’avoir Breana Ross, présidente de la United States Student Association, en tant que conférencière. Ross a parlé de l’utilisation de la mobilisation pour gagner et des défis auxquels les étudiantes et étudiants font face aux États-Unis et au Canada. Elle a souligné que les étudiantes et étudiants doivent être conscients de leur propre pouvoir afin de pouvoir gagner. Ça ne suffit pas de convaincre ceux et celles qui sont au pouvoir que les changements sont nécessaires; les étudiantes et étudiants doivent changer la face même du pouvoir. Le discours de Ross nous a donné un bel aperçu de ce que les déléguées et délégués auront l’occasion d’apprendre dans son atelier sur l’organisation de la base.

Le premier atelier de l’assemblée s’est penché sur les enjeux actuels dans le secteur de l’éducation postsecondaire au Canada. Plus particulièrement, l’atelier a donné une vue d’ensemble de l’historique de l’éducation postsecondaire au Canada et a fait une récapitulation de l’état actuel de l’éducation postsecondaire dans chaque province canadienne pour les déléguées et délégués.  Cet atelier a souligné que le Canada est un pays où il y a 10 systèmes d’éducation postsecondaire très différents. Les étudiantes et étudiants dans ce pays ont besoin de normes nationales qui garantissent la qualité, un accès universel et une administration publique d’un océan à l’autre.